Jeune homme gay à avoir un enfant avec sa sœur

2 août 2016 (dailymail.co.uk) – Voilà ce qui se passera lorsque l’on sépare la procréation de la sainteté. Celui-ci serait un gros abus de l’enfant. On prie que les gens se repentent et reconnaissent que ceci est une folie !

Un jeune homme australien de 25 ans, en couple avec un autre homme, prévoit d’avoir un bébé avec la sœur, en prenant les ovules de celle-ci pour les fertiliser avec le sperme de son compagnon à l’aide d’une mère porteuse au travers de la fécondation in vitro.

A noté Samuel, ce jeune homme, « C’est pour moi le seul moyen d’avoir un lien biologique avec mon enfant ». Ce couple a divulgué que le rôle de la sœur biologique (par rapport à la procréation) ne serait pas relaté à l’enfant. Le jeune homme avait gagné le soutien de ses parents.

Ceci est vraiment une perversion. L’enfant aurait été né d’une relation tellement compliquée. A la base, il est né de l’ovule d’une soeur avec le sperme de quelqu’un qui la « connaîtrait » en dehors du mariage. Ensuite, il serait « sorti » d’une maman qui n’est pas voire la tienne. Et enfin, il grandirait sans sa maman biologique – dont le rôle dans la création de cet enfant sera effacé. Que Dieu ait pitié de lui.

(lien original en anglais: http://www.dailymail.co.uk/…/Gay-couple-ask-sibling-donate-…)

Les personnes dans des « mariages » homo sont plus susceptibles de se suicider – revue

5 août 2016 (LifeSiteNews.com) – Les homosexuels qui « se marient » (dans des mariages homosexuels) ont presque 3 fois plus de chances de se suicider que les hétérosexuels (dans des mariages hétérosexuels), même en Suède, un pays très « gay friendly », selon des recherches affichées dans le numéro de mai de European Journal of Epidemiology.

Les auteurs de la revue ont noté que l’intolérance sociale envers les comportements homosexuels ne serait facilement pas responsable du risque monté des suicides étant donné que la Suède est connue de sa tolérance vers des rapports homosexuels.

“Même dans un pays à un climat relativement plus tolérant par rapport à l’homosexualité, tel que la Suède, les individus dans des « mariages » homo font preuve du risque de suicide augmenté que d’autres individus mariés,” ont remarqué les auteurs.

La revue, “Le suicide chez des couples mariés en Suède : son risque, est-il plus grand chez les couples homosexuels ?”, a utilisé les bases de données détaillées du gouvernement suédois, afin de comparer une population de plus de 6.000 couples homosexuels « mariés » à une population plus étendue des couples hétérosexuels qui se marient entre 1996 à 2009 ; en y donnant suite jusqu’à 2011.

Les recherches ont découvert le fait que les individus dans des « mariages » homo ont en général 2,7 fois plus de chances de suicider que les individus dans des mariages hétéro, dont la valeur réélle ayant la probabilité de 95% d’être entre 1,5 à 4.8.

Les hommes homo dans des « mariages » homo sont exposés au risque plus élévé (2,9) que les femmes (2,5).

Les résultats des recherches sont similaires aux autres recherches dans des années dernières ont trouvé un rapport fort entre des comportements homosexuels et de divers résultats psychologiquement négatifs, voire dans des pays qui y sont ouverts.

Des recherches faites sur les homosexuels dans les Pays-Bas, le pays le plus tolérant à des comportements homosexuels du monde, ont trouvé que les homosexuels subissent des taux considérablement augmentés de troubles d’humeur, d’angoisse, des toxicomanies, des tentatives de suicides, de troubles de l’alimentation, et de crises de panique.

Les comportements des homosexuels, qui comprennent souvent de hauts niveaux de promiscuité et d’instabilité dans leurs relations interpersonnelles donnent naissance aux taux de 10 à 20% de l’infection de VIH chez les homosexuels habitant des lieux urbains, aussi que des occurrences plus augmentées de l’herpès et du virus cancéreux Epstein Barr, du syphilis, du cancer anal, et d’autres maladies.

(lien original en anglais: https://www.lifesitenews.com/news/people-in-homosexual-marriages-almost-3-times-more-likely-to-commit-suicide)