Josh Reyes – Témoignage

Je m’appelle Josh.  Voici l’histoire comme quoi je me suis retourné à Dieu.

J’ai grandi dans une famille chrétienne.  On allait à l’église le dimanche. J’apprenais les histoires de la bible et mémorisais les versets. Je faisais partie de l’église des enfants. L’église ou bien Dieu ne m’intéressaient jamais car à mon avis ce n’était que de la tradition. Je me suis donc séparé de Dieu.  J’ai aussi arrêté d’aller à l’église. C’était à l’école que je me suis présenté aux alcools et commencé les boire. J’avais des amis que m’emmènent aux boîtes. Je me rappelle que ma maman m’a dit, « Tu ne peux vivre comme cela.  T’as besoin de grandir et faire quelque chose d’autre. » Je suis du coup parti. Puis j’ai eu un travail à temps pleins chez une nouvelle boîte gay qui venait de s’ouvrir en tant que go-go danseur.  On dansait en slip et se recouvrait de pailletes.  On était payé pour fêter, danser, s’amuser.  On  fêtait jusqu’à 7h00. Je me suis mis à prendre de l’ecstasy, en même temps que des boissons et du marijuana.

Une fois je me souviens d’une fête où l’on a tous pris de l’ecstasy et était tous ivres, hormis un ami qui n’a pris que deux bouteilles à bière.  Il m’a dit « C’est la galère, non ? » et je lui ai repliqué « De quoi donc ? » auquel il m’a dit « D’être chrétien et de vivre comme ça en même temps. » Je ne me suis pas attendu à ça, et j’ai dit « Oui, c’est pas facile, mais je crois en Dieu, et qu’il m’aime.  Pourtant je suis pas prêt de me changer. »  Il a eu l’air triste d’entendre ça.  Je ne savais pas qu’il était chrétien ! Du coup je lui ai demandé, « Tiens, donc tu vas à quelle église ? » et il se hoche la tête et s’est repris, il m’a dit « Quoi ? », et il m’a dit qu’on ne parlait pas d’église et a continué à boire sa bière. J’étais confus car j’étais sûr que si, on en parlait.  J’ai demandé à un autre mec à côté de moi de quoi on parlait, et il dit qu’il s’agissait d’une certaine fille.  Et il s’en est allé.  Là c’était un moment tout à fait dégrisant.  Dieu m’appelait et je ne m’en suis pas rendu compte.

Je travaillais au centre commercial.  Et j’ai rencontré beaucoup de clients qui m’ont dit « Dieu t’aime. » auquel j’ai fait genre « OK. » J’ai eu des amis qui m’ont dit « Faut que tu ailles à mon église, tu l’aimeras ! » mais j’ai dit « Non, merci. Je vais à l’église déjà. » – celui-ci était un mensonge. Il  y avait voire des pasteurs des jeunes qui m’invitaient et voulait carrément que j’aille visiter leur église.  Ils était accueillant pourtant j’ai dit non, ça va.  Je dormais souvent à côté de mon portable que j’utilise pour aller au toile, il m’est arrivé qu’une fois, j’ai fait la sieste après boulot et quand je me suis réveillé, il y avait des Écritures dans mon portable.

Dieu tentait de me tendre la main, et il utilisait des façons dont j’étais familier – c’était à travers d’un mec.  Je vivais la vie gay pendant 7 années déjà et je sortais beaucoup de temps; cependant personne ne m’intéressait jamais vraiment.  Il m’est arrivé que ce mec-là, il est entré, et je n’ai pas pu m’empêcher de le fixer.  C’était bizarre car ce n’était pas mon genre, ce type, pourtant je sentais une forte urgence de lui parler.  Quand même j’en ai peur, du coup mon collègue m’a dit  « Lui, je connais.  Tu veux que je l’appelle ? » et j’ai dit « Nan ça va. »  Mon orgueil a réagi, et je me suis dit « Si c’en était destiné, qu’il vienne me parler.  » Il a fini par sortir, et je me suis dit « Il reviendra. » Comme on s’y attendait, il y est revenu.  On parlait pendant 30 minutes. On s’est donné les numéros.  Il s’est avéré qu’il était chrétien, qui luttait encore contre le monde, pourtant croyant. Je me souviens que je lui ai dit « Tu es censé me ramener à Dieu. » Il a répondu « Tu le crois vraiment ? », et sans hésiter j’ai dit « Oui, tu es censé me ramener à Dieu. »

Le premier jour qu’on est allé à l’église, j’ai regardé les bancs qui étaient vides. On a été tôt du coup personne n’a été là.  Le groupe de musique étaient encore en train de répéter sur la scène et mes yeux commençaient à larmoyer.  Cela faisait 1 an que je n’était pas allé à l’église, et j’ai entendu cette voix dans la tête « T’es chez toi. C’est où t’es censé être. »  À chaque fois que j’étais à l’église, je appréciais toujours ce que j’apprenais, pourtant je n’étais pas prêt de me changer.  Je sentais que Dieu voulais que je fasse quelque chose, mais je n’étais pas prêt de lui donner ma vie.  Cependant, c’est moi qu’il voulait, et lui c’est qui qui fait le changement.  Il faut juste le chercher.  Je ne sais pas comment j’ai arrêté d’y aller; et je suis revenu à mon ancienne vie: danser à la boîte, faire des drogues…

Et une nuit, il y avait des potes qui venaient me voir et on a fait de l’ecstasy et a traîné.  J’ai donc appelé le dealer qui m’a dit qu’il nous donnerait les drogues dans 20 minutes.  Normalement, on s’entendait bien et on s’amusait toujours. Et néanmois cette fois-ci il s’est tenu devant mon appartement.  Il y avait 4 autres personnes dans sa voiture.  J’ai sorti mon argent pour lui payer l’ecstasy.  Il avait l’air dégoûté, haineux; ainsi que les autres personnes dans la voiture.  Je me souviens que quand il a baissé la vitre pour que je lui tende l’argent, toutes les personnes dans la voiture étaient là, visages sans expression, ayant l’air haineux. Ça m’a choqué, je ne voyais jamais une telle chose, c’est comme ils étaient sous l’emprise de quelqu’un d’autre. J’ai pris donc mon sac aux pilules, ai remercié le dealer, et m’en suis allé précipitamment.  Pourtant ils y restaient me regarder.  Ça m’a fait peur mais j’ai tenté de le bloquer dans l’esprit.

On s’est assis dans le lit.  J’ai fait une overdose de l’ecstasy.  Mon corps n’a pas pu supporter ce que j’ai pris.  Pour mes amis, l’effet s’est estompé après 5 heures, quant à moi ça s’est accru.  J’ai essayé de le diluer en buvant de l’eau, cependant il s’est augmenté, l’effet.  Du coup je suis sorti prendre l’air frais.  J’ai commencé à faire des bêtises, donc mes amis m’ont ramené dedans pour me donner plus de l’eau.  Dès que l’on est rentrés, je me suis évanoui. Mon cœur battait si vite que je ne pouvais pas bouger les pieds.  J’ai perdu connaissance.  Ma vision s’est troublée et je me suis allongé sur le sol.  Je me suis dit « Ça y est, je suis fini. »  Je ne pouvais meme dire quelque chose.  Un pote a aidé à me relever.  Tout ce que je pouvais c’est « Emmène-moi ! » Ça s’est addressé d’une part à mon pote, afin qu’il m’emmène à l’hôpital; d’autre part à Dieu pour m’excuser dans mon esprit et pour qu’il m’enlève.  J’avais été à l’église et je n’étais pas prêt de changer.  Mon pote m’a emmené dehors. On a marché le long du sentier de l’appartement.  Ma tête tournait, mon cœur battait si vite.  Je me sentais paralysé et mon pote me soutenait.  Il m’a dit « Ça ira, il faut juste tenir. »  Ce que je pouvais faire c’est de me retourner à mes connaissances chrétiennes: j’ai fredonné les chansons chrétiennes que j’ai entendues de la radio.  Je ne savais pas prier, j’ai dit « Pas encore, Dieu, pas encore. Je n’ai fait rien dans ma vie.  Je n’ai aidé personne.  Je n’ai fait rien pour toi. » Et c’était ma première vision.  En marchant sur le sentier, j’ai regardé l’un des escaliers – notre appartement est à deux étages – il brillait !  Très brillant brillait-il !  C’est comme si Dieu m’a dit « Je te pardonne.  Es-tu prêt de rentrer ? » Là je tremblait en regardant l’escalier.  J’ai dit  « Je ne suis pas prêt.  Je ne peux pas abandonner ma famille et mes amis.  Je sais que tu m’as créé pour plus de ce que j’ai fait dans ma vie. Donne-moi une seconde chance. »  Dans ma vision, je pouvais voir le reste des pas de mon appartement, ce qui conduisait vers l’escalier.  Il y en avait aussi l’autre qui conduisait autre part.  J’ai regardé mon pote, et je lui ai dit « Tu vois ces deux pas ? », « Oui. », m’a-t-il dit.  Je lui ai dit « Je ne vais pas à l’escalier. Je marcherai l’autre pas.  J’ai envie que tu te retournes à l’appart aller chercher mon portable, et appelles l’ambulance parce que ça va pas du tout. Si je m’evanouis, tu me trouveras le long de ce pas.  Vas chercher mon portable. »  Il allait courir.  Je m’y tenais tout seul, regardant les pas.  Je ne sais si j’entendais vraiment la voix de Dieu, ça pourrait bien être les hallucinations qu’ont faites l’ecstasy.  J’ai dit « Dieu, si tu es réel, parle à moi. Montre-moi un signe que je vivrai. »  Dans 5 secondes, j’ai entendu des bruits d’au-dessus de moi.  J’ai vu des oiseaux blancs voler sur mon appartement et sur le complexe tout entier.  Je m’en suis encore remis en cause, pour moi c’est une coïncidence. « Dieu, c’était toi ?  Est-ce que c’est comment tu me parles ? Tu envoies des oiseaux ? » Et au même temps, il est 5h du matin.  Les oiseaux n’aurait pas dû voler en ce moment, ils devraient être endormis.  Il fallait 30 minutes pour l’ambulance d’y arriver.

À l’hôpital, le médecin est venu dans la chambre me dire « Il n’y a plus rien que l’on peut faire pour toi.  Les drogues sont déjà dans ton système. On ne peut que veiller sur toi, et te donner beaucoup d’eau afin d’aider à les faire sortir de ton système. » Il y a une chance de crise cardiaque où ton cœur s’arrête. On m’a connecté à des machines.  Je suis assis jambes croisées et ai dit « Saint-Esprit, si tu es réel, remplis cette chambre car j’ai peur, et je ne sais si je vivrai. » Je me suis ouvert les yeux et la chambre a été remplié de brouillard, une couche de brume blanche.  J’ai vu des ombres noires essayer d’y entrer, mais elles ne pouvaient pas.  Une ombre noire a marché au travers des murs, s’est arrêtée, et s’est reculée.  Il y en avait une autre qui a essayé d’entrer du plafond: elle s’est courbée, puis s’est repliée.  Elles ne pouvaient entrer dans la chambre grâce au brouillard blanc.  Je me suis dit encore, « C’est pas réel ça, ça se fait pas.  J’hallucine.  Dieu, si tu es réel j’ai besoin d’un autre signe pour vaincre les doutes. » J’ai donc regardé l’écran de l’ordinateur.  J’ai vu des pop-ups, genre  « Voulez-vous sauvegarder ? Oui ? Non ? » les touches « OK » et « Annuler ». Pourtant cette fenêtre qui s’est montrée était différente. Elle était une grande fenêtre, il y avait pas d’options.  Il y avait qu’une grande touche, la seule dont on pouvait s’appuyer.  La touche s’intitulait, toute en majuscules, « JE VIS. »  Je fixais l’ordinateur, puis j’ai détourné le regard, et je me suis dit « Il peut pas que l’ecstasy me fasse voir quelque chose comme ça ! Il s’agissait pas des lumières, c’est bien évident qu’il y a quelque chose chez l’écran ! »  J’ai regardé de nouveau, et elle était encore là !  Et toute était en majuscules.  Les mains encore levées, j’ai dit « Merci, Dieu, car je sais que c’est toi.  Je sais que je vivrai, et que tu as un projet pour ma vie.  Je suis désolé de tout ce que j’ai fait. »  Je me souviens qu’on a, au bout d’un moment, permis à mes amis de venir me voir.  Ils m’ont demandé « Tu vas bien, toi ? » Je me suis encore assis, les jambes croisées, les mains levées, et je leur ai dit  « Et bien, vous savez, Dieu est si bon ! » Ils ont dit « Tu fais encore un trip, dis-donc !  Tu vas bien ? » Mais je leur ai dit « Vous ne comprenez pas, je vais très bien ! Dieu est avec moi, il est bon ! »

Je suis sorti de l’hôpital et ai appelé ma maman.  Elle m’a averti qu’un de ces jours j’aurai un coup de semonce, moi !  Elle a décroché, et je lui ai dit « Maman, j’ai eu un coup de semonce. »  Je restais chez moi pendant deux jours.  Mardi, c’est le temps de l’église.  Je me souviens que je tremblais encore, et j’ai encore fait des crises d’angoisse… Le service a commencé à 19h30, alors qu’il était 17h00.  J’ai dit à maman « J’ai envie que tu m’emmènes à l’église, j’ai besoin d’y aller. »  Elle a dit « Eh ben laisse moi donc me maquiller et en changer. Je portais ça toute la journée. »  Je lui ai dit « Tu m’emmènes à l’église tout de suite !  Je dois y aller parler avec quelqu’un là, un leader spirituel, un pasteur… J’ai besoin de parler avec quelqu’un. »  On a donc sauté dans la voiture.

On était 15 minutes environ de l’église.  J’ai commencé de faire une crise d’angoisse.  J’ai été rempli de craintes, et donc j’ai dit à maman de se dépêcher, et que j’avais besoin d’être à l’église tout de suite.  Elle conduisait très vite déjà, et elle m’a dit « Calme-toi.  T’as l’air d’un possédé, tu vois. » Je regardais les autres voitures au travers de la vitre.  Quand elle a dit « Possédé. » je sentais ma tête tressaillir, et lui donner le plus bête regard haineux, que j’ai jamais donné à quelqu’un. Je me suis arrêté, et j’ai couvert mon visage.  J’ai dit « Maman, il faut juste conduire. » C’était le même regard que m’ont fait le dealer et ses amis auparavant.  Je ne sais pas s’il y avait quelque chose dans moi en ce moment-là, pourtant je l’ai empêché de prendre le pouvoir sur moi.

Dès qu’on est arrivé à l’église, j’ai eu la chance de parler avec un adjoint pasteur.  J’ai assisté au meeting de l’équipe guérisseur, et ils ont tous prié pour moi.  Pourtant le moment auquel je m’attendais le plus c’était « appel à l’autel » (altar call) car j’ai vu des choses magnifique se réaliser sur l’autel.  Quand le pasteur a dit « Y a quelqu’un qui veut accepter Jésus-Christ ?  Quelqu’un a besoin de prières pour quelque chose ? », je m’asseyais au premier rang et j’attendais pendant le service, je n’écoutais aucune chose qu’a dit le pasteur, je tremblais, et je n’attendais que l’appel à l’autel.  On jouait de la musique et le pasteur a dit « Si quelqu’un a besoin de prières, venez ici. » J’ai couru à l’avant.  Les gens ont fait une longue queue.  Le pasteur a prié pour les gens, à partir de l’autre bout. Il y avait 20 personnes avant moi.  Je tremblais, et je me disais  « C’était moi le premier à l’autel. Je n’attendrai plus de recevoir ce que Dieu detient pour moi.  Je le prends maintenant.  J’ai pas de temps d’attendre plus longtemps. »

Je me suis donc levé les mains aussi haut possible.  J’ai dit « Dieu, je suis désolé, je ne peux pas faire ça sans toi. »  En priant, ma voix se haussait, j’ai commencé à avoir des fourmis dans les mains.  Ma prière est devenue un cri, et je me suis écrier très fort.  En criant, le picotement dans les mains est devenu une vibration, jusqu’aux pieds.  Je me sentais électrocuté.  J’ai été rempli du Saint-Esprit, Dieu m’a vraiment frappé.  Mes parents étaient là, et ils ne l’aiment pas car l’église où on allait était calme, forcément, on ne s’y est pas habitués.  Je criais, et quand ça s’est arrêté, je ne pouvais que pleurer et rire.  Le pasteur a imposé la main sur moi pour prier pour moi.  Je me tenais là, me disant « J’ai déjà reçu ce que Dieu voulait me donner, quoi qu’il ce soit.  T’es en retard, je pouvais pas t’attendre. »

Je me suis fait des amis à l’église.  J’ai quitté la boîte, mon travail, mon appartement et je suis rentré. Je lisais la Bible tous les jours, et j’écoutais que des musiques chrétiennes.  J’ai dit « Ce que tu veux dans ma vie, qu’il se fasse, quoi qu’il ce soit.  Conduis-moi, apprends-moi.  Je te suivrai. » Dans deux moi après ma rentrée, un démon s’est manifesté en mon petit frère. Il lui fallait cinq jours de sortir.  Il y avait aussi des démons qui se sont manifestés dans trois potes.  Une collègue m’a demandé, « Comment es-tu certain que ça soit pas ton frère qui ait fait un caprice ? »  Je me souviens que je lui ai dit, « Si tu avais était là, si tu entendais son grondement, s’il te prenais la main et crachait sur ta gueule, et te demandait de ne pas prier, tu le saurais.  »  Le démon a dit son nom.  Il a sifflé quand le pasteur l’a touché avec la Bible.  C’est réel, c’est tellement vrai. Ça fait 4 ans déjà.  J’ai subi beaucoup de choses.  J’ai fait beaucoup de changements dans ma vie.  J’ai perdu beaucoup d’amis.  J’ai entendu la voix de Dieu.  Je crois que j’entends la voix des anges également.  Je suis très investi dans l’église.  Je suis reparti de chez moi, mais cette fois-ci ce n’est pas à l’issu de mon égoïsme, plutôt pour faire ce que Dieu veut dans ma vie.

J’ai bougé à Houston pour assister à des études des ministres surnaturels. Je suis encouragé et je peux aller parler avec des inconnus, et bien que parfois rien ne se passe chez eux tout de suite, on peut voir qu’il sont reconnaissants.  Beaucoup de personnes ont été blessées par l’église, du coup quand quelqu’un sort leur demander « Je peux prier pour vous.  » en dehors du cadre de l’église, les gens se bouleversent.  Je suis allé plusieurs fois prier pour les gens, et j’ai vu déjà des guérisons.  Parce que c’est Dieu que l’on sert, et il nous aime, et il voulait qu’on guérisse.  Les autres prient pour moi.  C’est ma vocation de prier pour les autres.  La plupart de choses par rapport auxquelles Dieu veut que je fasse, c’est que je tende la main à la communauté gay. La communauté gay a été beaucoup blessée par l’église.  On est tous les enfants de Dieu, nous avons tous une petite part de Dieu chez nous.  Personne ne mérite qu’on lui dise qu’il irait à l’enfer comme pécheur.  Car la Bible dit que nous tous sont privés de la gloire de Dieu (Romains 3:23), nous sommes tous pécheurs.  On est pardonné grâce au sang de Jésus-Christ.  Tous nos péchés du passé, du présent, et de l’avenir.  Il est dit en Matthieu, de chercher premièrement le Royaume de Dieu et le reste nous sera donné.  Il est difficile de vouloir chercher Dieu, en vivant le monde gay, lorsque tous qui le représente disent tu iras tout droit en enfer, et que Dieu ne t’aime pas.  C’est donc ma mission: tendre la main à ceux auxquels personne n’en veut pas, et de leur dire « J’étais là. Je vivais ta vie.  Pourtant Dieu vous aime et quoi qu’on en vous dise, il vous aime quand même. Pourquoi pas le chercher et en découvrir ? » Il est magnifique, Dieu.  Il fera des prodiges sur cette génération et celle qui viendra.

Dieu est très bon à moi, et j’ai hâte de voir où il m’emmènera.  J’ai hâte des choses à venir.  J’ai écrit un livre sur mes expériences.  Je me suis occupé des manifestations démoniaques, des possédés qui venaient me chercher; j’ai prié pour des inconnus et les ai faits suer, trembler, et pleurer, en les conduisant à une rencontre avec Dieu.  Je mettrai tout cela dans mon livre, afin de glorifier son nom.  C’est ma vie, écrite pourtant par Dieu.

Vous pouvez retrouver Josh à facebook: facebook.com/JoshuaReyesMinistries

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s